slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow

Vous êtes ici

Fortifier les Alpes au Moyen Âge (Ve-XVIe siècles)

Fortifier les Alpes au Moyen Âge (Ve-XVIe siècles) : du Rhône à la Durance

 

Financement : Projet collaboratif de recherche (PCR), ministère de la Culture, conseils départementaux, CNRS

 

Durée : 2019-2022

 

Partenaires : CIHAM, DRAC, départements de l’Ain, de l’Isère, de la Savoie et de la Haute-Savoie

 

Responsables : Benjamin OURY

 

Présentation

Créé en 2019, le PCR « Fortifier les Alpes au Moyen Âge » regroupe des chercheurs d’horizons divers, universitaires, archéologues, historiens, acteurs de la conservation du patrimoine ou de l’archéologie préventive. Il a pour objectif de dynamiser la recherche en castellologie dans le domaine alpin et de rassembler des données récoltées souvent revisitées afin de les confronter et de permettre de réaliser une synthèse sur les connaissances des édifices de montagne.

 

L’aire géographique concernée pour ce premier programme de recherche (2019-2022) correspond aux anciennes principautés de Savoie et de Dauphiné, ainsi que de leurs marges. En plus de la création d’une base de données regroupant tous les sites fortifiés médiévaux de l’espace de recherche, trois axes de recherches spécifiques ont été constitués.

 

Un premier axe concerne les ouvrages fortifiés de hauteur entre Antiquité tardive et l’an mille précédant l’apparition des mottes et le phénomène castral du second Moyen Âge. Il s’intéresse aux formes et aux fonctions souvent plurielles de ces forteresses et de ces « premiers châteaux » replacés dans leur environnement afin de poser la question de leur rôle dans la recomposition des territoires, la genèse du mouvement castral et l’émergence de puissantes familles au sein des paysages.

 

Un second axe vise le traitement neuf des données afin de progresser sur les questions de définition, notamment sur la question des premiers châteaux, des mottes, des bâties et des maisons fortes. La question des bâties a donné lieu à une journée d’étude.

 

Enfin, un dernier axe est constitué par l’élaboration de référentiels chronotypologiques des formes architecturales employées dans l’architecture élitaire et dans les fortifications, aussi bien à travers les organes de défense que les aménagements résidentiels ou de confort.

Fichier: