slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow

Vous êtes ici

Sebastian PROVVIDENTE

Sujet: 

Causa unionis, fidei, reformationis. Les notions de « vérité judiciaire » et de « vérité théologique » dans le procès contre Jan Hus - Concile de Constance (1414-1418)

Directeur(s): 
Jacques Chiffoleau (EHESS)
Emanuele Conte (Università degli Studi Roma Tre)
Établissement d’inscription: 
École des Hautes Études en Sciences Sociales
Università degli Studi Roma Tre - Italie
Courriel: 
sprovvidente@hotmail.com
résumé: 

Si la tâche principale du Concile de Constance était de résoudre le problème du schisme, la formulation de ses intentions se situait sur le terrain de la tradition. Celles-ci étaient trois : causa unionis, causa fidei et causa reformationis . L’une des prémisses fondamentales de notre travail consiste à établir les liens entre les trois instances qu’ a priori apparaissent comme scindées les unes des autres. L’union sous un seul pontife ne pouvait se réaliser qu’à travers une forte réaffirmation de l’autorité conciliaire et celle-ci était étroitement liée à la capacité du Concile à résoudre les questions de foi. Ces trois instances apparaissent nettement liées pendant le développement même du Concile et la plupart des chercheurs se sont souvent détournés de ce lien. Dans ce projet, nous nous centrerons sur le procès contre Hus, mais nous n’analyserons pas explicitement l’orthodoxie ou hétérodoxie de ses positions théologiques, mais la logique de son argumentation face au concile. Nous tenterons ainsi de soutenir que le déploiement du procès contre Hus contribuait à affirmer l’autorité Conciliaire. La question de la relation entre autorité conciliaire et les définitions de foi s’accentue au point de devenir un cercle potentiel, car une vérité de foi peut être proclamée par le Concile comme définitivement inaliénable parce que révélée et, en même temps, une vérité doit être acceptée avec une humble obéissance en tant que vérité révélée parce que ainsi a été proclamé par le Concile. Cette argumentation, si chère à la Papauté médiévale, sera reformulée en des termes conciliaires à Constance. En effet, si l’on cherche la raison par laquelle un concile peut proclamer la veritas catholica en tant que vérité révélée, il faut se centrer sur l’argumentation du décret Haec sancta synodus : le lien direct qu’a le concile réuni avec Christ et avec l’Esprit. Évidemment, la veritas catholica n’est pas créée ex nihilo par l’Église mais elle ne fait que transmettre à tous les fidèles une doctrine contenue dans les Écritures et dans la revelatio publica. Si cette argumentation trouvera son plein essor avec le conciliarisme radical de Bâle, qui s’opposera au concile avec le Pape, nous croyons qu’elle existait déjà in nuce à Constance et qu’elle a exercé une certaine influence dans les procès par hérésie. L’argumentation semble ainsi mettre en lumière quelques aspects des procès en hérésie contre Wyclif ( in absentia), J. Hus et Jérôme de Prague et elle nous mènerait à nous centrer sur la logique formelle du procès judiciaire.

mots clés: 
Conciliarisme – Ecclésiologie – Procédure – Droit Canonique – Bas Moyen Age
publications: 

· “ Plenitudo potestatis y procesos inquisitoriales : una retórica del poder conciliar. Concilio de Constanza (1414-1418)” in Morin, A., Miceli, P. y Dell´Elicine, E. (eds.) De Iure : nuevas perspectivas sobre derecho medieval. (Peer Review - in press ) · “ Interdictum aut intimatio . El viaje como estrategia procesal : Hus camino al Concilio de Constanza (1414)” Istituto Italiano di Scienze Umane Cardini, F. (ed.) (Peer Review - submitted) · “Inquisitorial process and Plenitudo potestatis at the Council of Constance (1414-1418)” in Z. DAVID and D. HOLETON (ed) The Bohemian Reformation and Religious Practice, Academy of Sciences of the Czech Republic Main Library, Vol 8, Prage (in press 2008). · “ Factum hereticale, representatio et ordo iuris dans le procès contre Jan Hus – Concile de Constance (1414-1418), Temas Medievales, Bs. As., Argentina (Peer Review – submitted 2009). Communications · “Inter-, Trans- Supra- ? Legal Relations and Power Structures in History”. XVth European Forum of Young Legal Historians. Florence, Italy, 2-4 April 2009. “ Ordo iudiciarius and inquisition : Heresy trials at the Council of Constance (1414-1418) · Seconda Settimana di Studi Dottorali del Dottorato Europeo in Storia, Sociologia, Antropologia e Filosofia delle Culture Giuridiche Europee Rome, settembre 2008. “ Factum hereticale, representatio et ordo iuris dans le procès contre Jan Hus – Concile de Constance (1414-1418)” · VII Symposium on the Bohemian Reformation and Religious Practice under the auspices of the Collegium Europaeum of the Philosophical Institute of the Academy of Sciences of the Czech Republic and the Philosophical Faculty of the Charles University in Prague, Vila Lanna – Prague 17-20th June 2008. “Inquisitorial process and Plenitudo potestatis at the Council of Constance (1414-1418)” · Prima Settimana di Studi Dottorali del Dottorato Europeo in Storia, Sociologia, Antropologia e Filosofia delle Culture Giuridiche Europee Rome, 12-21 ottobre 2007. “The Haec Sancta Synodus Decree : between theology, canon law and history. Judicial practices and Plenitudo potestatis ” · REUNA Meeting- Legal History on the edge of Europe : Nordic Law in the European legal community 1000-2000, Helsinki 3-5th June 2007. Title of the Communication : “The meaning of the Haec Sancta : between theology, canon law and history.”

CV / Parcours: 

Doctorant du Programme Marie Curie – « Doctorat en Histoire, Sociologie, Anthropologie et Philosophie des cultures juridiques européennes » (Max Plank Institut für Rechtsgeschichte) Profesor de Enseñanza Media y Superior en Historia (Bac +5) Diplôme d’honneur (Universidad de Buenos Aires – UBA)