slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow

Vous êtes ici

Pascal BURESI

Directeur de Recherche CNRS et Directeur d’Études cumulant à l’EHESS
CNRS
pascal.buresi[at]ehess.fr
Axe(s) contrat 2016-2020: 
Thématique 2 : Pouvoir et autorité en Orient et en Occident (G Castelnuovo/ P Buresi)
Thématique 4 : Écritures, livres, Translations (M Possamaï/ V Rouchon)
Recherches personnelles et programmes en cours: 

Le programme d’enseignement et de recherche proposé par P. Buresi s’intitule « Histoire et historicité de la langue arabe et de l’islam ». Le projet Imperial government and authority in Western Islam, financé par un Starting Grant de l’European Research Council (2010-2016, ERC StG-2010 n° 263361), qui visait à une ré-édition scientifique, une traduction et une étude des documents de la chancellerie almohade, a permis de mettre en relief un processus d’uniformisation de la langue arabe dans les éditions de sources médiévales, du xixe siècle jusqu’à nos jours, au nom d’un « arabe classique » de référence, canonisé. En gommant, par hyper-correction et par référence à un « arabe classique » dont les règles auraient été fixées en même temps que le Coran, les aspérités de la langue et les particularismes régionaux, ces éditions ont participé involontairement à l’essentialisation corollaire de l’arabe et de l’islam. Or au moment les linguistes s’intéressaient aux phénomènes de diglossie et créaient la catégorie du « Moyen arabe », pour rendre compte de la diffusion d’un niveau de langue, ni dialectal, ni classique, qu’on retrouve en fait dans toutes les productions textuelles médiévales. Le séminaire organisé à l’EHESS depuis 2014 avec Amandine Adwan (doctorante Paris IV) sur « Le Mann bi-l-imâma d’Ibn Sâhib al-Sala : chronique almohade », vise justement à confronter le manuscrit aux éditions existantes et à proposer une traduction des documents de chancellerie inclus dans la chronique (http://enseignements-2015.ehess.fr/2015/ue/445/). L’attention est donc portée non seulement sur l’utilisation de nouvelles règles d’édition rendant compte des particularismes régionaux et des usages lexicaux et syntaxiques spécifiques, mais aussi, dans la continuité du programme précédent, sur la question de l’inshâ’, l’ars dictaminis, et sur l’expression de l’autorité dans les actes du pouvoir. Cette question est aussi abordée dans le séminaire co-organisé avec Makram Abbès et intitulé « Littératures politiques à l’âge classique de l’islam, viie–xve siècle (http://enseignements-2015.ehess.fr/2015/ue/934/).