slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow

Vous êtes ici

Nathalie BOUCHERIE

Sujet: 

Colorants de textiles préhispaniques des cultures nasca et aracas du Pérou

équipe de rattachement: 
Territoires, peuplements, culture matérielle
Directeur(s): 
Dominique Cardon (CNRS)
Établissement d’inscription: 
Université Lumière Lyon 2 - France
Courriel: 
listrao@hotmail.com
résumé: 

L’objectif de cette thèse est de déterminer quels matériaux colorants étaient employés par la culture Nasca, de comprendre la technologie mise en œuvre, et d’en évaluer le niveau de savoir-faire. Puis, de replacer ces résultats dans leur contexte afin d’évaluer la valeur de ces matériaux et leurs possibles significations sociales, économiques, politiques ou symboliques. Cette recherche repose sur l’étude d’un corpus textile dont la majorité appartient à un site majeur de la culture Nasca, Cahuachi. Grâce à la collaboration de Giuseppe Orefici (CISRAP), directeur des fouilles du site menées depuis les années 80, des prélèvements ont pu être effectués sur de nombreux textiles appartenant à différents contextes, dont une offrande textile, mise au jour en 1998, qui par le nombre de tissus (plus d’une centaine) et leur qualité d’exécution et de conservation en constitue une découverte majeure. L’étude se complète par l’analyse d’un plus petit nombre d’échantillons de textiles appartenant à d’autres sites Nasca (Los Molinos, Necrópolis, Tambo Viejo), qui a été réalisée grâce à la permission des archéologues Markus Reindel et Johny Isla, ainsi que du Museo de Arqueología, Antropología e Historia de Lima et de Franco Belan, directeur du Museo de Arqueologia de Arequipa. Trois études de terrain ont été effectuées au Pérou, principalement dans la région sud, afin d’une part, d’étudier les textiles Nasca, d’évaluer les possibilités de prélèvement et d’obtenir l’accord des responsables et des institutions ; d’autre part, de consulter les teinturiers actuels et les botanistes et ethnobotanistes, dans le but de reconnaître des plantes tinctoriales, de les collecter et enfin de réaliser, sur place, des références de teinture pour constituer une base de données la plus complète possible. Cette base est essentielle pour l’identification des sources colorantes des tissus archéologiques. Les analyses chromatographiques (HPLC) se sont effectuées au laboratoire du LRMH (Champs sur Marne), au cours de trois stages : elles ont permis de déterminer les molécules colorantes caractéristiques des teintures anciennes et actuelles. La comparaison de ces résultats propose plusieurs identifications de sources tinctoriales possibles. Les tissus peints, relativement nombreux dans le corpus, ont été étudiés avec d’autres méthodes analytiques. L’analyse de ces fragments a été effectuée principalement au laboratoire du C2RMF (Paris), là encore dans le cadre d’un stage. Cette étude centrée sur la couleur des tissus a été compétée par l’analyse de fragments de peintures murales découverts récemment au cours de l’avancée de mes recherches. Il s’agit d’une découverte unique, car aucune peinture murale Nasca n’avait encore été révélée. A la demande de l’archéologue Giuseppe Orefici, une étude a été menée sur ces peintures murales afin de comprendre la technologie mise en œuvre, et de comparer la démarche du peintre des murs architecturaux avec celle du peintre sur textile. L’interprétation des résultats est en cours de rédaction.

mots clés: 
procédé de coloration, textiles précolombiens du Pérou, culture Nasca, méthodes d’analyses physico-chimiques, démarche ethnobotanique
CV / Parcours: 

Maîtrise en Physique appliquée à l’histoire de l’art et à l’archéologie DEA en Physique appliquée à l’histoire de l’art et à l’archéologie

descriptif des recherches: 

Principe : Ma recherche concerne l’identification et l’utilisation des matériaux colorants principalement dans le domaine textile, chez les cultures préhispaniques du Pérou, pour lesquelles aucun système d’écriture n’est connu. Mon sujet de doctorat concerne plus particulièrement la culture Nasca (200 ans avant J.-C., 700 ans après J.-C.) et sa production textile. Démarche : Afin d’identifier les matières colorantes des tissus anciens, le recours à des méthodes physico-chimiques est indispensable, mais ne suffit pas. En effet, le principe d’identification repose sur la comparaison des résultats obtenus sur l’objet d’étude à des références intégrées dans une base de données. Mais les références sont encore insuffisantes actuellement, notamment en ce qui concerne les teintures du Pérou. Par conséquent il était nécessaire de mener un travail de terrain en amont pour compléter la base de données. C’est ainsi qu’une démarche ethnobotanique s’est élaborée afin de reconnaître les sources colorantes actuelles et les technologies traditionnelles, potentiellement proches de celles utilisées par les civilisations anciennes. A partir de ces colorants et des connaissances techniques traditionnelles, des références de teinture ont alors été réalisées.

Articles ou chapitres d’ouvrages collectifs: 
  • A paraître, “The Dyeing processes of the Nasca Culture in Peru - Identification of dyestuffs – Realisation of standards to complete the database”, in DHA 26.
  • A paraître, “Telas pintadas Nasca : Pigmentos y técnica pictural”, in Actas – IV Jornadas Internacionales de los Textiles Precolombinos , Victoria Solanilla Demestre (ed.), Barcelona.
Conférences et autres rencontres: 
  • “Telas pintadas Nasca : Pigmentos y técnica pictural”, in IV Jornadas Internacionales de los Textiles Precolombinos , 2007, sous la direction de Victoria Solanilla Demestre, Barcelona.
  • « Tintoreria Nasca, Enfoque General » in III Jornadas Internacionales de los Textiles Precolombinos , 2004, sous la direction de Victoria Solanilla Demestre, Barcelona.