slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow slideshow

Vous êtes ici

Derniers dépôts du CIHAM sur HAL SHS

[halshs-01823213] Si manus tua scandalizat te, amputa ! L’exégèse de Mt 18, 7-9 dans le Sermo 81 d’Augustin d’Hippone

mer, 22/05/2019 - 16:01
L’exégèse de Mt 18, 7-9 que déploie le Sermon 81 présente un double intérêt : refusant une lecture littérale, elle rejoint l’interprétation allégorique courante chez les Pères qui fait des parties du corps une image de l’âme (théorie des “sens spirituels”), de la famille humaine ou de l’Église (cf. 1 Co 12, 25-27). Le contexte donatiste a cependant conduit Augustin à user avec prudence et originalité de l’interprétation ecclésiale ; dans le contexte historique troublé par le sac de Rome, les attentes des auditeurs ont aussi transformé l’exégèse du prédicateur (comme E. REBILLARD l’a montré à propos de la pastorale de la mort, cf. In Hora mortis, Rome 1994), et ce, via une redéfinition de la notion de scandale.

[halshs-01823230] L’œuvre d’Augustin d’Hippone et ses lecteurs dans les exemplaires de la bibliothèque de Lyon

mer, 22/05/2019 - 16:00
Parmi les livres anciens conservés à la Bibliothèque municipale de Lyon, la page de titre de quelque 300 volumes imprimés avant 1800 indique Augustin d’Hippone pour auteur. Riche et varié, cet ensemble comprend notamment 15 incunables. L’article étudie leur réception – et donc, au-delà d’elle, la réception de l’œuvre augustinienne à l’époque moderne – à travers une approche originale : la matérialité des volumes et les marques de lecture qu’ils renferment. Les formats et la qualité des publications, mais aussi leur nombre et leur fréquence, indiquent le type de public visé par les imprimeurs-libraires et traduisent l’intérêt suscité – ou non – par les œuvres d’Augustin. Les ex-libris désignent les possesseurs de ces ouvrages, quand les annotations et les marques de censure attestent une lecture assidue et permettent d’un déterminer le motif (critique textuelle, histoire des idées, piété).

[halshs-02102896] Citation coranique probablement erronée dans la plus ancienne lettre arabe datée d'Égypte

ven, 10/05/2019 - 03:37
Les citations coraniques figurant dans les documents papyrologiques légaux et privés n'ont pas suffisamment attiré l'attention des spécialistes du Coran qui les intègrent rare-ment dans leur recherche. Dans cette perspective nous nous sommes intéressé aux deux versets de la sourate 65 cités dans une lettre familiale datée du tout début du iie siècle de l'hégire : « Man yattaqi Llāha yaǧʿal lahu [min amrihi] maḫraǧan (2) wa-yarzuqhu min ḥayṯu lā yaḥtasibu (3) ». Au regard de cette date qui se trouve être l'une des plus reculées qu'ait porté un document mentionnant des passages coraniques, s'est imposée à nous l'éventualité d'une lecture coranique excentrique, probablement abandonnée par la codification ultérieure du Coran. Tout en tenant compte du contexte discursif de la citation, cette étude s'efforce de vérifier cette hypothèse en recourant aussi bien aux sources traditionnelles traitant des sciences coraniques (tafsīr, qirāʾāt, asbāb al-nuzūl, etc.) qu'aux dernières publications des fragments du Coran récemment mis au jour.

[halshs-00981303] Signata de mea marcha : les marques de marchands dans les comptes du péage de Chambéry (XVe siècle)

jeu, 04/04/2019 - 17:20
Au début du xve siècle, les comptes du péage de Chambéry (Savoie, France), particulièrement détaillés, comportent parfois le dessin des marques dessinées sur les balles pour justifier leur exemption. Ce corpus d’une soixantaine de marques différentes permet une approche de la typologie formelle des marques de marchands (la croix, son support et les lettres de l’alphabet en sont les principaux éléments graphiques récurrents), mais aussi de leur éventuelle évolution, voire dans un cas exceptionnel la proximité graphique d’une marque avec une autre forme d’identification, la signature de son possesseur. Une série de lettres de demande d’exemption, associées aux comptes, vient compléter le large panorama de l’usage pratique des marques.

[halshs-02074518] La barā’a : réflexions sur la fonction et l’évolution de la structure de la quittance (ier-ve/viie-xie siècles)

jeu, 04/04/2019 - 03:50
Quels étaient la fonction et l’usage pratique de la barā’a, ce document à la fois juridique (attesté par des témoins), délivré par un tiers à titre de quittance, et officiel (non attesté) délivré par l’administration fiscale à ce même titre ? Parmi les raisons d’ordre pratique, structurel, diplomatique ou administratif, susceptibles de nous éclairer sur le sort juridique et administratif de la barā’a au cours des cinq premiers siècles de l’islam, lesquelles ont été déterminantes et pourquoi? Dans quelle mesure ont-elles contribué à précipiter la disparition de la barā’a, supplantée définitivement par l’acte de reconnaissance (iqrār) dès le ve/xie siècle, puis ultérieurement, par d’autres types de documents similaires ? Revisitant l’évolution de la quittance à travers plusieurs études récentes de papyrologie arabe, cet article s’interroge en outre sur la corrélation entre les diverses formes textuelles et structurelles de la barā’a, et sur les aires géographique et culturelle qui les ont vu naître.

[tel-02065056] L'alimentation carnée dans l'Occident islamique médiéval. Productions, consommations et représentations

mer, 03/04/2019 - 04:21
L’alimentation se trouve à la croisée des domaines économiques et sociaux, culturels et religieux, matériels et environnementaux. Cette caractéristique se trouve renforcée dans le cas de la viande en raison de ses modalités de production et de consommation et de ses représentations. Sources de tensions et d’ambiguïtés, de désirs et de dégoûts, la chair animale subit de multiples processus menant de l’obtention de « la matière première » à la consommation de cet aliment qui apparaît comme une construction éminemment culturelle fabriquée grâce à des techniques matérielles. L’historiographie a traditionnellement caractérisé la viande comme étant un aliment rare, cher et consommé essentiellement, voire uniquement par les élites. Alors que cette vision a récemment été nuancée et fortement pondérée pour l’Occident chrétien médiéval, il s’avère essentiel de réinterroger l’image issue des sources textuelles à l’aune des données archéologiques dans l’Occident islamique médiéval. Les discours produits des sources arabes – telles que les traités culinaires, diététiques ou juridiques – concourent à valoriser l’aliment carné au moyen d’un large spectre argumentaire associant les dimensions matérielles, socio économiques, socioculturelles et symboliques. Toutefois, la confrontation avec les données archéozoologiques mène à considérer les trois paramètres majeurs qu’étaient la quantité, la qualité et la fréquence de consommation de cette denrée particulière. Il convient de même d’appréhender l’ensemble de la population d’al Andalus et du Maghreb médiéval et de percevoir dans quelle mesure la saisonnalité représentait un enjeu majeur dans l’approvisionnement et dans la consommation des viandes.

[halshs-01453050] Preparing the Almohad caliphate: the Almoravids

mer, 03/04/2019 - 03:30
Historical comparison is a delicate practice that requires a certain methodological rigor. This is particularly true for historians who intend to compare and contrast two successive political systems in the same geographical area. By playing with the chronological and geographical scales and shifting the historical viewpoint, distinctive features and key elements can emerge from such a comparison. Therefore, across the Mediterranean Basin during the premodern history of Islam, the people whom Jean-Claude Garcin called the “nouveaux peuples de l’Islam” came into power in the eleventh through thirteenth centuries.

[halshs-00369875] La Pénitencerie pontificale en Avignon (XIVe siècle). La justice des âmes comme style de gouvernement

mer, 03/04/2019 - 03:14
Un des offices les plus importants de la papauté médiévale fait l'objet d'un regain d'intérêt depuis une vingtaine d'années (date d'ouverture de ses archives): la Pénitencerie Apostolique. Si les suppliques du XVe siècle sont étudiées dans le cadre d'enquêtes sérielles, peu d'historiens s'intéressent à la période avignonnaise et aux aspects juridictionnels du dit office. Nous pouvons pourtant voir dans ce « tribunal sacramentel » l'apothéose du droit de réserve pontifical, qu'imitent d'ailleurs les justices diocésaines (du Midi en particulier), mais aussi la troublante concrétisation du croisement des fors interne et externe. Au travers des formulaires de la Pénitencerie des XIII-XIVe siècles , on devine l'émergence d'une justice administrative fondée sur la grâce.

Pages